Difference between revisions of "Welcome/Guide"

From Pirate Party Belgium
Jump to: navigation, search
(remove PPEU and PPI until this has been discussed)
(add occupy hand signals)
 
Line 127: Line 127:
  
 
<!--T:48-->
 
<!--T:48-->
 +
[[File:OccupyHandSignals.svg|thumb]]
 
Les signes de mains utilisés par Occupy et Indignados se sont creusé un petit trou ici. Ils permettent de s’exprimer (demander la parole, marquer son accord ou désaccord, demander un droit de réponse, ...) sans interrompre la personne ayant la parole.
 
Les signes de mains utilisés par Occupy et Indignados se sont creusé un petit trou ici. Ils permettent de s’exprimer (demander la parole, marquer son accord ou désaccord, demander un droit de réponse, ...) sans interrompre la personne ayant la parole.
  

Latest revision as of 14:09, 30 October 2017

Other languages:
English • ‎français • ‎Nederlands

Guide de Survie en milieu pirate

Cette page est en cours de construction ! Le but est de réaliser une présentation globale, mais non-exhaustive, du fonctionnement actuel des pirates belges, pour aider les nouveaux et nouvelles venu·e·s. Toute aide est bienvenue, alors à votre plume. Mais pour commencer, discutons : c'est dans l'onglet "discussion" que ça se passe.

La Chose

Clouds.jpg


Un nuage : c’est ainsi qu'on pourrait dessiner le groupe des Pirates belges. Aux contours flous et mouvants, il change de taille, de forme, au gré des saisons, de la pression … Il n’a pas (encore ?) le but et l’efficacité de l’essaim d’abeilles, mais c’est bien une entité distincte dans le ciel, avec une certaine structure et un mode d’existence. Ce sont ces éléments de structure et de fonctionnement qui sont expliqués ci-dessous.

La Structure

La structure des pirates n’est pas centralisée. La centralisation suppose la mise en place d’une hiérarchie, ce à quoi les pirates sont majoritairement allergiques. La structure n’est donc pas, non plus, décentralisée, puisque la décentralisation sous-entend aussi la présence d’une hiérarchie (quoique démultipliée). C'est une structure qui se veut distribuée. La distribution est sous-tendue par une équivalence parfaite de toutes ses entités, ses entités étant autonomes et libres de s’organiser sans aucune directive venant « d’en haut ». Le fonctionnement ne se fait donc ni du haut vers le bas, ni même du bas vers le haut, mais dans l’horizontalité (NB : par ici pour en savoir plus sur la structure théorique).

La structure du Parti Pirate est décrite dans des statuts, votés et modifiés à plusieurs reprises lors d’assemblées générales. Ils sont toutefois obsolètes et peu suivis. Leur mise à jour n’étant pas une mince affaire, et les pirates ayant mieux à faire, ces statuts sont simplement ignorés de facto.

Les Entités

Aujourd’hui, les Pirates se rassemblent principalement sous forme d’équipages. Un pirate « existe » en tant qu’individualité (Pirate) et en tant que membre d’un équipage. D’autres entités jouent également un rôle : les trésoriers, les squads, et les autres Partis Pirates.

Les pirates

Les pirates constituent une population hétéroclite qui doit jongler avec plusieurs langues et plusieurs sensibilités politiques. En pratique, lorsque les pirates du Nord et du Sud se retrouvent ils parlent surtout l’Anglais – source perpétuelle de débat. Les pirates se disent plutôt à gauche, parfois à droite, ou surtout d’aucun des deux car « ça n’a aucun sens ». Certains pirates sont anarchistes - souvent sans le savoir. Dans un grand groupe, les mots « chef » et « vote » soulèvent donc très souvent un tollé. D’ailleurs, les pirates critiquent beaucoup (cf. do-it-ocracy plus bas).

Un pirate est un pirate car il agit en tant que tel. Il n’est pas nécessaire, ni suffisant, d’avoir une carte de membre pour cela. Il est toutefois possible de payer une cotisation, afin d’alimenter le compte payant les factures : serveurs, location de salles pour les AG, … La cotisation est annuelle et libre. Elle confère le droit de vote aux AG, si vote il y a. Les mouvements sur le compte sont - normalement - affichés de manière transparente (avec anonymisation).

Les équipages, ou crews

Les crews sont des groupes locaux de pirates qui se réunissent pour échanger des idées et faire des choses ensemble. Une crew a souvent (mais pas toujours) un·e capitaine (porte-parole ou leader) et un·e navigateur·rice (secrétaire) mais chacune peut s’organiser comme elle l’entend, tant que les rôles ne sont pas accaparés. Afin d’assurer la transparence et le partage des connaissances, chaque crew doit rendre accessibles en ligne les dates de ses futures réunions, et des compte-rendus de ses activités.

Une crew est a priori constituée de 3 pirates au minimum (cf. règle des 3 pirates ci-dessous). En pratique, elle a souvent une quinzaine de pirates aux maximum. Au-delà, les difficultés de communication portent le groupe à se scinder naturellement. Le chiffre 7 est un chiffre magique. Les crews se sont révélées jusqu’ici l’entité la plus active, probablement parce que la proximité géographique facilite et intensifie les interactions. Attention, une crew n'est pas une ville ou une région, et une ville n'a pas une seule crew. Il n'y a pas d'exclusivité, juste des affinités.

Les escouades, ou squads, ou projets

Les escouades sont le rejeton naturel des idées. Ce sont des groupes de travail visant un objectif bien précis. Une squad se forme lorsque plusieurs pirates décident de travailler ensemble. Comme les crews, les squads doivent documenter leur travail en ligne. Afin d’assurer la représentativité de leur actions, les squads sont préférablement composées de pirates venant de crews différentes.

Les trésorier·e·s

Lors d’une AG, les pirates accordent leur confiance à quelques pirates recevant les accès au compte du parti. Ils ont pour mission de payer les factures et gérer la liste des membres. Une tâche très ingrate, ça va de soi...

Les Rencontres

Les principales occasions de se rencontrer entre pirates pour l’instant sont :

Les beers

Rencontres informelles périodiques organisées par les crews, lors de laquelle les pirates et des curieux se retrouvent autour d’un verre (et pas nécessairement une bière !) pour refaire le monde. C’est la porte d’entrée principale des pirates, par laquelle on peut jeter un œil, puis décider d’entrer, et rester, ou ressortir tout aussi vite...

Les réunions de travail d’équipages

Réunions formelles, avec ordre du jour et compte-rendu. La réunion est souvent animée par le capitaine et le compte-rendu réalisé par le navigateur, mais ce n’est pas toujours le cas. Ces réunions sont souvent hebdomadaires, mais peuvent avoir lieu plus souvent (lors des élections, ça chauffe !).

Les Labs

Réunions de travail mensuelles (actuellement, le dernier samedi du mois) ouvertes où se rencontrent des pirates de tout le pays. Les labs sont « l’auberge espagnole » des projets, nés d’une envie d’auto-gestion (suite à la déliquescence de la coreteam* et une fronde – autant le savoir). Ils permettent à tout pirate de proposer un projet, d’y évaluer la réaction d’autres pirates et de lancer une squad pour travailler dessus. C'est donc un lieu d'empowerment. Indirectement, ils permettent aux crews de se rencontrer régulièrement et donc de ne pas se perdre de vue. Certains projets nécessitant l’assentiment de tous les pirates, les labs sont aussi le lieu de conception et gestation des assemblées générales.

Les assemblées générales

(AG, GA, AV) : L’AG est l’entité souveraine des pirates. Seule l’AG peut prendre des décisions officielles, en particulier lorsqu’il s’agit de nouvelles dépenses. La prise de décisions, selon les statuts, s’y fait par vote à la majorité. Le vote étant un générateur de perdants, de nombreux pirates sont demandeurs d’autres modes, en particulier de consensus (= la levée des objections)... ce à quoi certains sont farouchement opposés. La discussion est donc toujours ouverte et les expérimentations toujours à faire. Il faut un minimum de une AG par an, et ont lieu en général 2 à 3 AG, avec rotation du lieu. Une AG dure typiquement une journée et le repas s’y fait sous forme d’auberge espagnole... pour ceux qui pensent à amener quelque chose (et sous forme de snack en ville pour les autres). Les AG sont éreintantes. Prenez-donc du chocolat...

Les Outils Pirates

Quelques règles, avant tout

  • Handshake, by David.svg Assume good faith : Le pirate doit (essayer de) supposer que chacun est de bonne foi et a de bonnes raisons de faire ce qu’il fait. Les pirates doivent se faire confiance. Ce n’est pas facile, mais c’est essentiel... et ça s’apprend (si, si, vraiment).
  • Community Preparedness icon - Noun Project 8678.svgLa règle des 3 pirates : C’est la règle d’or : N’importe quelle initiative peut être lancée par n’importe quel pirate, du moment que
    • celui-ci trouve deux autres pirates pour le faire avec lui,
    • que ce n’est pas illégal,
    • ne porte pas atteinte à l’image du parti,
    • et ne prélève pas d’argent dans les caisses (mais on peut en faire la demande !).

Cette règle a pour but de favoriser la prise d’initiative et l’autonomie, et se base sur la confiance mutuelle. Un de ses corollaires est que tout un chacun peut fonder une crew ! Un autre corollaire essentiel à assimiler est « fais toi-même ce que tu veux qui soit au lieu de râler » (en respectant les règles ci-dessus, et en informant de ce qu’on fait et comment !).

Les outils en ligne

  • Vitrine. La vitrine du parti est notre site web. Il est alimenté par des billets personnels, et comme il doit être en plusieurs langues, le travail de traduction est constant. Pour la communication en interne, c’est plutôt ailleurs que ça se passe :
  • Documentation. Expliquer qui fait quoi, comment, quand, est essentiel au fonctionnement d’une structure horizontale. Notre plateforme de base pour annoncer et archiver ce que les crews, squads et AG font est un wiki. Travailler sur un wiki est très simple... dès qu’on arrête de supposer que ça ne l’est pas. Et si on n’ose pas se jeter à l’eau, il y a toujours des maîtres nageurs pas loin, il suffit de crier.
  • Elaboration. Rédiger un texte en ligne, accessible à tous et modifiable en temps réel en même temps : c’est le pad (épatant!). On s’identifie par une couleur de texte, on écrit tous ensemble, on papote dans la fenêtre de chat... et quand le travail est fini on exporte vers le wiki ou tout autre format plus stable.
  • Discussion. Proposer des idées et en débattre, c’est ce qui se fait dans les labs et les AG, mais aussi entre deux, en ligne, sur loomio.
  • Réunion informelle en ligne. Il existe un groupe Facebook fermé : Belgian Pirates United. Ici, on poste et partage un peu ce qu'on veut. Il n'y aucune restriction, et le groupe n'est pas modéré. Souvent, des articles intéressants sont partagés, des questions sont posées, et des remarques ou rappels sont donnés, ainsi que des sondages occasionnels, etc. Mais quelques fois, le groupe est aussi utilisé pour exprimer des frustrations, ce qui, malheureusement, peut produire un effet boule de neige d'incompréhensions et de frustrations supplémentaires. Dans ces moments-là, mieux vaut laisser décanter un message au moins une heure avant de le poster (ce qui est valable partout, d'ailleurs). Pour beaucoup, ce groupe est le premier point de contact avec les pirates. Il est donc important de comprendre que les pirates sont beaucoup plus que ce groupe (certains ne possèdent même pas de compte Facebook, et ne font donc pas partie de ce groupe). Facebook n'est tout simplement pas le bon outil pour vraiment faire avancer les choses, et c'est d'ailleurs pourquoi nous avons mis en place d'autres outils, tels que loomio, les pirate labs et les escouades.

Vous avez un autre outil à proposer ? Petit conseil : parlez-en d’abord autour de vous. (l’outillonite aigüe a fait des ravages ces dernières années), et préférez les outils open source.

Les signes de mains

OccupyHandSignals.svg

Les signes de mains utilisés par Occupy et Indignados se sont creusé un petit trou ici. Ils permettent de s’exprimer (demander la parole, marquer son accord ou désaccord, demander un droit de réponse, ...) sans interrompre la personne ayant la parole.

Proverbes chinois pirates

  • Tourne ton message 7 fois dans ta tête avant de le poster.
  • On ne prend pas la parole, on la reçoit.
  • Quand tu vois une action qui ne te plaît pas, réagit par une action qui te plaît.

Petit Lexique

  • Démocratie liquide : La démocratie liquide est une forme de prise de décision très en vogue chez les pirates, portée au-devant de la scène par les pirates allemands et leur outil, liquidfeedback. Elle a ses fans et ses détracteurs par ici. Des fans car elle permettrait de concrétiser une démocratie directe via l’Internet (avec délégation libre de sa voix), des détracteurs car elle ne susciterait pas le débat.
  • UBI : Ce sont les initiales du revenu de base universel, en anglais. Le graal pour les pirates qui travaillent à temps plein et manquent cruellement de temps et d’énergie pour se consacrer à la vie sociale et politique...
  • Falkvinge : Rick est un des fondateurs du parti pirate en Suède, aujourd’hui évangéliste. Ses saintes écritures sont son blog, son « gouvernail des pirates » et son livre « Swarmwise ».
  • MEP : Membre du parlement européen. Les pirates ont compté Christian Engstrom et Amelia Andersdotter à la législature précédente, et maintenant Julia Reda.
  • Coreteam : Feu l’organe de coordination du parti pirate belge. Chercher à coordonner les pirates est une tâche ingrate et extrêmement risquée. A l’heure actuelle, le pilote automatique est assuré par les trésoriers et les Pirates Labs.