Crew BW/Event/01 05 2017/1

From Pirate Party Belgium
< Crew BW‎ | Event
Revision as of 21:07, 21 May 2017 by HgO (talk | contribs)
Jump to: navigation, search
Débat sans conférence: Allez voter, ou pas ? Pourquoi ? Toicon-icon-avocado-schedule.svg
Date Mon 1 May 2017
Time 8:00pm
Venue Maison du Développement Durable
Address
pl. Agora 2
1348 Louvain-la-Neuve
City
Price Free
Previous event Next event
Loading map...
Find routes on OpenStreetMap
Export iCalendar
Clone this event

Description

A la fin du débat sans conférence co-organisé le lundi 3 avril 2017 par les groupes locaux du mpOC (Mouvement politique des objecteurs de croissance) d'OLLN, des Pastis Patates et du Mouvement TAC (Tout autre chose), et par le Collectif Démocratie locale, sur le sujet "Comment cultiver la paix ?", les participants ont décidé d'entamer un nouveau débat sans conférence, sur la question :

Aller voter, ou pas ? Pourquoi ?

le lundi 1er mai 2017 à 20 h
à la Maison du Développement durable

2 place Agora à LLN

Vous y êtes cordialement invités.

Dans une "conférence-débat", il n'y a pas vraiment de débat entre tous les participants. Ici, il n'y a pas de conférence mais bien un vrai débat après une brève introduction du sujet. Tout le monde est invité à prendre la parole et peut être écouté par tous à de nombreuses reprises sans être intimidé par le nombre de participants. Vu qu'il n'y a pas de vedettes à l'affiche, la rencontre se déroule en cercle de parole, pas avec un public faisant face à des "experts". Il ne s'agit pas d'y étaler son savoir mais plutôt d'essayer d'entendre, voire de comprendre, le point de vue de chacun, fût-il différent du sien. Débat, donc, et non combat.

N'hésitez pas à transmettre cette invitation autour de vous.

Au plaisir de débattre amicalement avec vous,

/Jean Pierre

Compte-rendu

Ceci sont les notes que j'ai prises lors de la réunion. Il est fort probable que j'ai oublié certaines choses, n'hésitez pas à les compléter ou à mettre vos propres notes en ligne :) --HgO (talk) 14:44, 2 May 2017 (CEST)

Avant de commencer le débat, nous décidons de faire un tour de table où chacun des participant·es est invité·es à donner son expérience politique (participation à des élections, actif·ve dans un parti ou un mouvement politique, etc.)

Un grand nombre des participants avait assisté à la conférence gesticulée de la veille sur la démocratie et le tirage au sort.

Voter est un acte citoyen pouvant permettre une amélioration de la vie en société. Nous avons besoin de représentants et de lois. La question est aussi de savoir comment rédiger les lois autrement ?

Comment passer du vote au tirage au sort ? Doit-on faire la révolution ? Si on choisit de ne pas voter ou de voter blanc, combien de temps devrons-nous attendre pour que les choses changent ? Il faudrait donner du pouvoir au vote blanc. Pour le moment, il n'est pas possible de rejeter le système représentatif. Comme le vote blanc n'est pas pris en compte, soit on crée un parti qui propose de sortir de ce système, soit on fait la révolution. Le fait que des Pirates proposent des listes électorales constitue déjà une transition en soi.

Comment donner du pouvoir aux votes blancs ? En prenant l'exemple de la France, si il y avait une majorité de votes blancs ou d'abstention, on pourrait décider que la population ne veut aucun des deux candidats actuels, et on devrait recommencer l'élection sans eux. Si 80% des gens décidaient de boycotter les élections en n'allant pas voter que se passerait-il ? (voir le livre La lucidité, de Saramago, qui a imaginé ce scénario) Pour le moment, il n'y a aucun quorum requis pour que l'élection soit prise en compte (en France, à vérifier en Belgique). Une autre idée serait de prendre en compte le pourcentage de votes blancs, et en fonction du nombre de sièges obtenus, tirer au sort parmi la population.

Au sujet du tirage au sort, dans le modèle Athénien, les tiré·es au sort ne décident pas, iels remplissent des tâches pour une période courte. On ne donne donc plus de pouvoir aux représentants. Les décisions sont prises au sein des assemblées citoyennes.

Comment créer et entretenir un débat au sein d'une population de 8 millions de citoyens ? Notons que pour le moment, ce débat de société n'existe pas. Les décisions politiques ne sont pas soumises au débat public. Il n'y a débat que lors des élections, et encore... On devrait d'abord se concentrer au niveau le plus local possible, c'est-à-dire la commune. Que peut-on changer dans une commune ? D'ailleurs, la loi nous permet-elle d'outrepasser le système représentatif au niveau communal ? On pourrait décider d'inclure les citoyens dans les prises de décision, sans pour autant enfreindre la loi. On peut imaginer des assemblées citoyennes lors desquelles les citoyens prennent les décisions. Lors du conseil communal, les élus ne feraient qu'approuver ces décisions. Néanmoins, on repose toujours sur le système représentatif. (voir l'exemple de la ville de Saillans)

Nous pourrions proposer une liste citoyenne dont les membres seraient tirés au sort au sein de la population. Les personnes tirées au sort devraient avoir le droit de refuser, cela ne devrait être en aucun cas une obligation. Un peu comme les jury d'assise. Le collectif Démocratie Locale à Louvain-la-Neuve réfléchit à la question et compte proposer une liste citoyenne pour les prochaines élections communales.

Un grand pas en avant serait déjà de reconnaître que le système représentatif n'est pas parfait. La « démocratie » parlementaire ne fonctionne pas, et si on se met à la critiquer on peut être catégorisé comme fasciste. Il n'y a donc pas de débat possible pour l'alternative. De manière générale, si on critique le système, on sera marginalisés. Par exemple, un anarchiste sera considéré comme un terroriste par beaucoup. Ceci étant dit, à l'échelle mondiale, dans de nombreuses sociétés, on voit émerger des nationalismes autoritaires. Le système actuel ne nous protège pas de ce risque.

Cependant, la crédibilité de ceux qui proposent l'alternative est toujours remise en cause. Pour contrer cela, on peut mettre en place des laboratoires d'expérience pour se conforter.

Un des problèmes avec le système actuel est qu'il n'y a pas du tout de contrôle, ni durant le mandat, ni à la fin, et probablement pas avant le mandat. De plus, la méthode de répartition des sièges est très contestable car elle donne plus de poids aux partis ayant obtenus plus de voix. D'ailleurs, la méthode utilisée en Belgique pour les élections communales n'est utilisée nulle part ailleurs dans le monde.

La société actuelle est devenue très complexe : nous sommes des millions de citoyens, et les lois se complexifient un peu plus chaque jour. Ceci dit, il n'existe pas une solution unique à chaque problème, et l'on peut essayer plusieurs directions, se tromper, et essayer quelque chose d'autre plus tard.

Voulons-nous donner le pouvoir aux gens, ou seulement aux meilleurs ? Le tirage au sort est difficile à accepter par les citoyens lambdas. Beaucoup ne se sentent pas compétents. Une solution se trouve dans l'éducation : il faut combattre le mythe selon lequel la politique est un métier. Il existe également un mythe selon lequel il faudrait être compétent pour être un bon représentant. Les représentants ne sont pas forcément plus compétents que les autres, et surtout ils sont appuyés par des experts et des cabinets. Néanmoins, l'éducation ne fait pas tout, et il serait peut-être mieux d'investir dans le dialogue et les débats.

Une idée serait de faire une retraite étatique : tous les 25 ans, on fait une pause de 4 ans, sans représentants.

Nous décidons de continuer le débat le lundi 5 juin à 20h, avec pour thème "Quel type de gouvernance politique pour l'intérêt général ?" (si je me suis pas trompé ^^)