Difference between revisions of "Commons/Documentation/Articles/fr"

From Pirate Party Belgium
Jump to: navigation, search
(2017: ajout article "Barcelone à la croisée des communs")
Line 1: Line 1:
 
==2017==
 
==2017==
 +
 +
=== 15 octobre : [https://vecam.org/Barcelone-a-la-croisee-des-communs Barcelone à la croisée des communs] ===
 +
; Vecam : ''J’ai relevé 11 réflexions/propositions qui semblent faire consensus pour présider à la construction d’une société des communs. Les quatre premières sont de l’ordre du diagnostic et de la vision qui semblent être partagés par les commoners. Je développe un peu plus les propositions suivantes de mises en pratique en prenant l’exemple de Barcelone.''
  
 
=== 3 octobre : [http://etopia.be/spip.php?article3235 Constitutionnaliser les communs] ===
 
=== 3 octobre : [http://etopia.be/spip.php?article3235 Constitutionnaliser les communs] ===

Revision as of 19:02, 15 October 2017

Contents

2017

15 octobre : Barcelone à la croisée des communs

Vecam 
J’ai relevé 11 réflexions/propositions qui semblent faire consensus pour présider à la construction d’une société des communs. Les quatre premières sont de l’ordre du diagnostic et de la vision qui semblent être partagés par les commoners. Je développe un peu plus les propositions suivantes de mises en pratique en prenant l’exemple de Barcelone.

3 octobre : Constitutionnaliser les communs

Etopia 
Plusieurs voies d’actions sont donc à approfondir en vue de proposer les communs en tant qu’outils transformatifs profonds. Une piste est celle de la coalition des actions locales parvenant à interagir avec les autorités publiques, et à suppléer aussi bien à l’État qu’au privé. Une autre est celle d’une adaptation du cadre légal laissant une place plus grande aux communs. C’est cette piste qui fera l’objet de la présente réflexion.

2 octobre : Les « biens communs » d’Emmanuel Macron ne sont pas les nôtres !

S.I.Lex 
On voit en réalité qu’il y a une grande ambiguïté dans le discours de Macron entre biens communs et biens publics ou services publics. Sa vision est même tout à fait en phase avec l’idéologie libérale, qui cantonne l’action publique aux seuls secteurs où il y a « défaillance du marché » et qui voudrait que les Communs soient aussi rejetés dans une marge résiduelle. Ce l’on appelle « biens communs numériques » ou « Communs numériques » possède en réalité une tout autre nature.

31 août : De la disparition des communs à leur retour

Amis de la Terre 
Pousser le cours de l’histoire d’une économie de l’accumulation et de l’exclusion vers une société des communs, c’est multiplier les initiatives en ce sens, c’est s’opposer aux recettes mortifères des promoteurs de l’« ancien monde ». Geneviève Azam nous propose une introduction à cette notion de communs, pour susciter la discussion autour de ce thème utile pour réinventer nos vies et, peut-être, arrêter le mouvement du pendule.

5 juillet : L’histoire méconnue des communs

Colibris 
Voici une histoire vraie, qui commence au Moyen-Âge et est directement reliée à l’essor d’Internet et du logiciel libre : l’histoire méconnue des communs. Elle fut exhumée en 1990 par Elinor Ostrom des poubelles de l’Histoire où l’avait projetée un certain biologiste Garrett Hardin par un article de 1968 : « The Tragedy of The Commons ».

19 juin : Le logiciel libre est-il un #Commun ?

Makina Corpus 
Un logiciel libre est le fruit de contributions de plusieurs personnes, et pourrait être défini comme un bien #commun

9 juin : Vers des Partenariats Publics-Communs

Etopia 
Diverses pressions s’exercent à l’heure actuelle sur les villes et leur développement. Les services publics, les espaces publics, les biens publics, sont désinvestis en faveur d’autres types de biens, essentiellement privés. Cette privatisation pose question en accaparant des biens publics pour le seul usage de nouveaux propriétaires privés, qui en limitent l’accès au plus grand nombre. Cette mainmise sur nos biens publics provoque, de surcroît, un affaiblissement des structures de solidarité en remplaçant la mutualisation des risques par l’individualisation.

23 mai : « Pair à pair » : l’essor des communs dans le champ numérique

Monde Qui Bouge 
Les « communs » se définissent comme la gestion collective d’une ressource, par une communauté, selon des règles et pratiques sociales définies par celle-ci. Les communs sont le contraire de l’appropriation privée d’une ressource. On conçoit assez aisément ce fonctionnement avec une collection de semences, une parcelle de forêt, un lac ou un gisement de minerai. Mais comment cela s’applique-t-il à ce qu’on appelle les « communs de la connaissance », c’est-à-dire des ressources culturelles, des savoirs, des procédés d’invention ? C’est essentiellement depuis l’apparition d’Internet que cette possibilité existe à l’échelle mondiale.

27 février : Une Déclaration des communs numériques portée par l’alliance de dix-neuf organismes de l’écosystème numérique québécois

Bibliomancienne 
Dix-neuf associations, collectifs, entreprises et organismes sans but lucratif, qui jouent un rôle actif dans l’écosystème numérique québécois, s’unissent pour signer une Déclaration des communs numériques dans le cadre du processus de consultation de la Stratégie numérique du Québec.

2016

22 décembre : Michel Bauwens : la société des communs

Du pair-à-pair à une économie post-capitaliste

Culture mobile
Les échanges en peer-to-peer au début des années 2000 ont alerté le penseur belge, entrepreneur dans le numérique à cette époque-là. Par la suite, ses recherches historiques sur les changements de civilisation, de l’Empire romain à l’avènement du capitalisme, et ses observations des communautés open source et des communs numériques l’ont finalement convaincu : nous sommes en train de vivre un changement de société. Et ce sont les artisans du pair-à-pair qui nous montreraient le chemin de la transition.

Décembre : Les communs, un projet ambigu

Préserver l’intérêt général contre les entreprises… et contre l’État

Le Monde diplomatique 
Revivifiée dès les années 1980, la notion de « communs » ou de « biens communs » connaît une popularité croissante chez les militants de gauche. Qu’il s’agisse de la fourniture d’eau potable ou des logiciels libres, la gestion collective fait un sort au mythe selon lequel la privatisation serait garante d’efficacité. Mais ses partisans se défient aussi de l’État, auquel ils n’attribuent qu’un rôle circonscrit.

9 août : Le siècle des communs

Usbek et Rica 
"La Renaissance des communs", "Le Retour des communs", "Commun, essai sur la révolution au XXIe siècle"… Chaque mois ou presque, un nouvel opus sort en librairie pour vanter les mérites des "communs". Derrière ce terme fourre-tout se dessinent de nouveaux modèles économiques, une redéfinition des rapports sociaux, une remise en cause de la propriété privée et, surtout, la perspective d’un possible dépassement du capitalisme. Usbek & Rica a mené l’enquête et interrogé plusieurs acteurs des communs pour explorer le potentiel révolutionnaire de cette belle idée.

4 mai : Petit périple dans le paysage des Communs

Monde Qui Bouge 
Un concept qui ne fait pas toujours l’unanimité et suscite même des inquiétudes mais qui se développe de plus en plus, à Bruxelles comme ailleurs. Essai de décryptage.

15 janvier : Ne lisons pas les communs avec les clés du passé. Entretien avec Benjamin Coriat

Contretemps 
Dans cet entretien Benjamin Coriat, économiste au Centre d’Économie Paris Nord (Université Paris 13 / CNRS) discute les thèses issues de l’ouvrage Le retour des communs (Les liens qui libèrent, 2015) qu’il a coordonné. Il montre comment ce concept, à condition qu’il soit bien compris, ouvre d’immenses ressources pour reconstruire une politique d’émancipation.

11 janvier : Les laboratoires citoyens madrilènes : la fabrique des « communs urbains »

UrbaNews 
Dans ce nouvel article consacré à la créativité urbaine en Espagne, Raphaël Besson (Directeur de Villes Innovations), nous propose une immersion dans les Laboratorios ciudadanos madrilènes.

6 janvier : Promouvoir les communs – pour une société de la connaissance partagée et inclusive

La Quadrature Du Net 
La Quadrature du Net propose les amendements suivants au Projet de loi pour une République numérique, n° 3318, en commun avec les associations et personnalités listés ci-après.

2015

20 décembre : Les communs, la vraie idée révolutionnaire

Marianne 
Biens communs, ou communs, voilà un concept nouveau, à l'intersection des sciences politiques et de l'économie. Un concept à la mode, qui génère moult publications, autant de colloques et de livres. Mais de quoi s'agit-il ?

19 octobre : Les Wikis, des écosystèmes de communs

Lilian Ricaud 
Du 5 au 18 octobre 2015 a eu lieu le Temps des communs, une série d’évènements et de rencontres sur le thème des communs. A cette occasion, le magazine Friture Mag a publié un numéro spécial pour vulgariser sur ce thème et auquel j’ai participé en rédigeant un article sur le thème des wikis comme écosystèmes de communs.

7 octobre : Les communs, une nouvelle voie révolutionnaire ?

Siné Mensuel 
Qui a dit qu’il n’y avait « pas d’alternative » ? Que nous étions condamnés à subir les effets destructeurs du capitalisme ? Partout dans le monde, des millions de personnes, dans des communautés auto-organisées, se sont affranchies de la loi du marché pour gérer, partager, échanger des ressources, de l’eau au logiciel. C’est ce qu’on appelle les communs.

27 mai : La révolution des communs : commonification contre commodification

Econosphères 
À l’heure de la conversion en valeurs monétisées de toutes formes de ressources, qu’elles soient politiques, culturelles ou sociales, l’intérêt pour les Communs vient éclairer d’une autre lumière les questions de redistribution des richesses.

2014

26 août : Une construction par le collectif

Monde Qui Bouge 
Pourraient être désignées « biens communs » toutes les dynamiques par lesquelles des ressources matérielles ou immatérielles, accessibles à tous ou potentiellement destinées à tous, sont produites ou gérées par tous, de la façon la plus ouverte et la coopérative possible. Entretien avec Jean Gadrey, professeur honoraire d’économie à l’Université de Lille 1.